Newsletter S26

    • Secteur Automobile 

Actualité BMW/Audi/Mini :

 L’Audi A3 reprend la main dans les compactes de luxe
«Tiens, si nous construisions une voiture compacte haut de gamme?» se sont dit les dirigeants d’Audi en 1996. Une bonne idée, qui créa un nouveau segment du marché. Un succès aussi, puisqu’il s’en est vendu 2,8 millions depuis! Pour Audi, un échelon gravi vers le luxe, car la réputation de l’époque était plutôt «rustique et solide» que prestigieuse. Les choses ont changé, et l’A3 n’y est pas pour rien. Seize ans après, la troisième génération de l’Audi A3 réussit un petit exploit: celui de retrouver son poids d’origine de 1996. Que celles et ceux qui ont réussi à en faire autant avec leur propre charge pondérale lèvent le doigt! La chasse aux kilos a été menée dans tous les secteurs et, au final, l’économie en totalise quatre-vingt par rapport à la version précédente. Cela ne va pas sans un certain coût puisque les ailes, le capot, les supports des suspensions avant ont été réalisés en aluminium. Une technologie particulière a servi pour les éléments structurels en acier de haute résistance («trempés sur presse» en langage d’ingénieur). Chauffés à mille degrés, formés, ils sont refroidis à deux cents degrés dans la presse, ce qui permet un assemblage fer-carbone très résistant à la traction.

Prestations accrues
La concurrence a toujours cherché à rattraper Audi en faisant des efforts constants pour améliorer la qualité perçue, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Raison pour laquelle la nouvelle version aux quatre anneaux se devait de pousser vers le haut toutes ses prestations. Le profil de la planche de bord s’apparente à une aile d’avion, l’écran très fin se déploie avec élégance et les commandes regroupées autour d’un gros bouton rond, pilotant le navigateur en option, marient les aspects ergonomiques à la qualité évidente des matériaux. Pour ce faire, le frein de stationnement électrique a permis de gagner de la place en supprimant le levier. L’empattement légèrement allongé profite aux passagers, mais ceux qui occupent les places avant sont les vrais privilégiés.
Détail de raffinement, les ouïes d’aération s’ouvrent et se ferment simplement en poussant ou en tirant l’axe central, un soin très particulier pour un dispositif comptant pas moins de trente pièces! De série ou en option, la connectivité atteint des sommets. Le navigateur se combine avec les images satellite, il recherche les points d’intérêt et peut disposer d’une liaison internet.
La motorisation la plus répandue dans notre pays devrait être le 1,4 TFSI. Un moteur à essence avec turbocompresseur et injection directe, disponible dès l’arrivée de l’A3 avec une puissance de cent vingt-deux chevaux. Dans un premier temps, il est couplé à une boîte manuelle à six rapports, l’automatique à double embrayage arrivant plus tard. De même, vraisemblablement pas avant la fin de l’année, une nouvelle version de même volume, mais de cent quarante chevaux, proposera pour la première fois un système de «cylindres à la demande». Quand vous roulez sur un terrain plat, par exemple, la charge demandée au moteur diminue et permet de désactiver deux des quatre cylindres afin d’économiser du carburant. Pour avoir pu le tester à Majorque, nous avons constaté qu’il faut avoir une attention extrême pour percevoir le moment où il s’enclenche et se déclenche. Voilà une remarquable avancée vers une consommation moindre malgré des performances brillantes.

Le choix du design
La nouvelle A3 s’offre tout d’abord en trois portes. Elle pourra recevoir la transmission intégrale quattro et d’autres moteurs. Rappelons qu’il existe même une RS de trois cent quarante chevaux. Viendra ensuite la Sportback à cinq portes, le cabriolet, puis commencera la carrière de la trois volumes, encore jamais proposée, qui tentera de séduire la clientèle de la BMW Série 1 à la même architecture, assez isolée dans cette dimension et dans le segment Premium.
Audi a donné de la personnalité à son A3 avec des phares qu’elle estime de caractère «décidé». Le profil assoit la silhouette avec des plis latéraux ascendants. Au premier coup d’œil, il s’en dégage une impression dynamique, et c’est bien l’effet recherché. De face, de derrière, les signes distinctifs la relient à celle qu’elle remplace et la positionnent à sa juste place derrière l’A1 dans le clan familial. Grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux et procédés de fabrication, la nouvelle A3 s’est allégée de quelque quatre-vingts kilos par rapport à la version précédente, et a retrouvé le poids du tout premier modèle.

Sources : http://www.lematin.ch/auto-moto/audi-a3-reprend-main-compactes-luxe/story/26422397

 

 

    • Communication

Campagnes de communication BMW/Audi/Mini :

BMW, marque la plus réputée dans le monde
BMW, Sony et Walt Disney Company occupent respectivement les trois premières places du classement des meilleures réputations dans le monde, selon la 3e édition de l’étude sur la réputation des 100 plus grandes entreprises mondiales, menée par le Réputation Institute, dont l’agence de relations publics I&E est le partenaire en France. Michelin (17e) est la première entreprise française de ce classement mondial, devant L’Oréal (23e) et Danone (29e). Google, premier du classement en 2011 et en 2010, chute cette année à la 6e place. Nouvel entrant dans le classement des 10 premiers, Microsoft a chassé Intel du haut du tableau. L’étude montre une forte corrélation entre la réputation d’une entreprise et la capacité des consommateurs à la recommander.
Source : Stratégies Newsletter du 29/06/12

 

Toyota reste en tête du best global green brands 2012


Interbrand vient de publier les « Best Global Green Brands 2012 » (« BGGB »), le classement 2012 des meilleures marques vertes mondiales. Toyota, Johnson & Johnson, et Honda, sont en tête, tandis que Danone, Ford, Starbucks, et UPS réalisent les meilleures progressions de l’année.
Les BGGB 2012 se penchent sur l’écart qui existe entre les performances écologiques des entreprises et la perception qu’en ont les consommateurs, en se basant sur les résultats du classement BGB 2011.
Cette année, les constructeurs automobiles et les entreprises de haute technologie dominent le classement. Toyota maintient sa place de numéro un et continue d’inscrire le développement durable au cœur de ses priorités commerciales. Toyota a quasiment atteint son objectif de zéro déchet sur toutes ses unités de production en Amérique du Nord et continue d’augmenter le nombre de ses bâtiments et concessions basse consommation (norme LEED). La marque est suivie de Honda (n°3), Volkswagen (n°4), BMW (n°10), Ford (n°15), Mercedes-Benz (n°16), Hyundai (n°17) et Nissan (n°21).
Les marques de technologie de pointe se font également remarquer : Panasonic a bondi de quatre places pour se positionner n° 6 au classement des BGGB de cette année.

Parmi les nouveaux entrants :
Nissan (N° 21), le constructeur automobile japonais a pris des mesures ambitieuses pour réduire son empreinte carbone dans le monde entier avec un nouveau plan d’action environnemental de six ans appelé le Nissan Green Program.
H&M (N° 46), avec le lancement de « Conscious Collection », sa ligne de vêtements de marque respectueuse de l’environnement, fabriquée avec des matériaux durables.
UBS (N° 50). Bien qu’apparaissant comme le plus grand bailleur de fonds de l’exploitation minière à ciel ouvert aux États-Unis, le score de performances de la marque  connait une légère hausse, en particulier dans l’évaluation des ses opérations.

Les plus fortes progressions :
Danone (N° 9) en restant farouchement engagé pour réduire de 30% son empreinte carbone d’ici la fin de l’année 2012. La marque a déjà atteint le niveau de -27,5%. La co-création du fonds baptisé « Livelihoods » (« moyens de subsistance ») de Danone en 2011 marque une nouvelle étape dans sa stratégie de développement durable.
La marque Ford (N° 15), se distingue elle aussi. Cette année, la marque a connu une amélioration significative de ses performances environnementales, à la fois pour ses opérations (émissions, de l’industrie des ressources, etc) et pour la transparence de son approche en termes d’engagement et de divulgation de ses activités et de leur impact sur l’environnement.
Ce sont Starbucks (N° 36) et UPS (N° 43) qui ont le plus amélioré leur position dans le palmarès de cette année, toutes deux ayant progressé de six points par rapport à leur position dans les BGGB 2011.

Les 50 BGGB de cette année comprennent 22 marques fabriquées et gérées aux États-Unis. La première marque américaine est Johnson & Johnson (N° 2), suivie par Hewlett-Packard (N° 5), Dell (N° 7), Cisco (N° 11), et 3M (N° 12). En raison de leur technologie et de la domination de leurs marques automobiles, le Japon et l’Allemagne suivent les États-Unis. Chacun de ces pays a produit 7 des 50 meilleures marques vertes mondiales de cette année.
Pour en savoir davantage à propos du classement BGGB, veuillez-vous rendre sur www.BestGlobalGreenBrands.com

Source : http://www.docnews.fr/actualites/toyota-reste-tete-best-global-green-brands-2012,13665.html

 

Bmw, choc en douceur
BMW signe une superbe publicité en slow-motion pour la M5. Un procédé qui, dans un décor épuré, souligne les lignes graphiques et la rapidité de la berline. 
A l’image d’une flèche décochée, la BMW M5 transperce les airs pour venir se heurter à divers objets : sous l’impact de la berline, une immense pomme de verre est brisée en mille éclats ; une rangée de trois ballons colorés explose ; une cible est éventrée en son centre. Pourtant aucune sensation de choc n’est ressentie, du fait du parcours de la M5 en ligne droite, sans à-coups, ce qui laisse supposer une bonne prise en main du modèle et son incroyable puissance. Enfin, l’utilisation du slow-motion, l’immense désert blanc en toile de fond et le concerto n°5 de Beethoven appuient la dimension poétique de « Bullet ».
Plus agréable que des bruits de moteurs et de pneus qui crissent.

Source : http://www.docnews.fr/actualites/bmw-choc-douceur,13659.html

 

 

Campagnes de communication Mercedes/smart :

Mercedes Benz Style : que le voyage commence !
Mercedes-Benz Style présentera demain lors du salon Who’s Next sa première ligne de bagages et de maroquinerie : une extension de marque dédiée aux amoureux du style Mercedes très attendue.
Chaque article est l’héritier des valeurs de la marque, sa légendaire expertise se retrouve dans chaque détail : doubles roues silencieuses, système de fermeture sécurisée TSA, coloris noir mat ultra-tendance, cadre anti-débordement, etc.
Son ADN visuel reste lui aussi à l’honneur à travers des éléments iconiques comme les motifs losanges et rayés qui lui sont chers, ou le logo repris sur les roulettes à la manière des roues automobiles traditionnelles.
Une collection de bagages et accessoires (housse d’ordinateur, portefeuille, sac 48h, sac reporter, porte-documents…) qui séduira les grands voyageurs à la recherche d’élégance et de praticité.
Lancement mondial prévu en janvier 2013.

 

 

 

 

 

 

 

Source : http://www.menly.fr/mode/actu-mode/101247-mercedes-benz-style-bagages-photos/

 

 

    • Digital

Amazon prépare le lancement de son «app store» Android en Europe
Amazon va ouvrir les soumissions d’applications par les développeurs en Europe pour son «app store» Android. Ce qui pourrait préfigurer le lancement en Europe de la plate-forme, lancée avec succès en mars 2011 aux Etats-Unis. C’est l’unique marché d’applications proposé sur la tablette Kindle Fire d’Amazon.
Source : Stratégies Newsletter – Le 13H de la Com du 25/06/12

 

Uniqlo « pinterestement » vôtre
Uniqlo a l’art d’être présent sur toutes les plateformes digitales. Après son site web, voici l’illustration parfaite de son incursion sur Pinterest pour Dry Mesh Project. .
Uniqlo déboule sur Pinterest et casse déjà les habitudes des utilisateurs qui « pin » ou « repin » ça et là quelques photos. La marque nippone s’adonne à la navigation tout en scrall communément utilisée, mais en occupant de larges espaces et créant une animation. Uniqlo a détourné une partie des catégories les plus populaires sur Pinterest pour ce projet réalisé par Firstborn NewYork. Le Dry Mesh tee-shirt est le tee-shirt « magique » de la marque qui visiblement résiste à toutes chaleurs intenses.

Source : http://www.docnews.fr/actualites/uniqlo-pinterestement-votre,13682.html

 

Quand le luxe devient «Populuxe»
Lagerfeld, J.P Gaultier, Burberry… le luxe n’est plus seulement un marqueur social, mais un « totem » fédérateur érigé dans la culture « pop » contemporaine. Décryptage de la tendance « Populuxe » en 3D :

Démocratique, Décomplexée et Digitale !
Auriez-vous échappé au discours récent   de François-Henri Pinault qui annonce que le luxe, est désormais conçu pour les masses ? N’avez-vous pas remarqué que pour être «hype» il fallait porter le pull-over à tête de berger allemand chez Balenciaga ou à face de Rottweiler chez Givenchy ? Ne considérez-vous pas que le must-have du chic est de commander un hamburger «à la façon du chef» et ses frites maison, dans le plus étoilé des restaurants ?

Démocratique : Le symbole du luxe érigé comme « totem » populaire
Après avoir inventé la notion de prestige de masse dans les années 80, autrement appelée masstige chez les professionnels du secteur, les grands groupes de l’industrie du luxe ont inondé les marchés de leurs produits estampillés, de la petite maroquinerie au parfum à licence.
Conséquence : le luxe n’est plus seulement un marqueur social, mais un « totem » fédérateur érigé dans la culture « pop » contemporaine. Le créateur emblématique de mode épouse les courbes sensuelles d’une bouteille de coca-cola, à l’image d’un Karl Lagerfeld ou d’un Jean-Paul Gaultier, le champagne se boit à la paille devant un match de foot, la boutique de luxe des quartiers chics devient le « pop-up store » accessible, tout près de chez vous.

Décomplexée : la bourgeoisie s’encanaille avec le peuple…
Le luxe s’émancipe de ses frontières symboliques, comme débarrassé du poids de la tradition : il doit affronter le nouveau monde moderne, s’alléger de certains principes « vieille école ». Et pour cause : le début du XXIème siècle aura été marqué par la révolution 2.0 démystifiante pour le consommateur attiré par le luxe. Il peut maintenant franchir la porte d’une e-boutique en charentaise ou critiquer un produit manufacturé luxe auprès de son entourage, sur le net, du forum aux blogs amplifiés, depuis, par les réseaux sociaux.

Facebook, YouTube, Twitter : qui veut gagner des millions ?
Avec l’émergence de la culture digitale,  les marques de luxe doivent désormais affirmer et afficher leur suprématie digitale par le nombre de «Like» Facebook et de vues «YouTube». Le temps où ces mêmes enseignes de la «vieille Europe» tenues par les codes traditionnels du secteur qui prônait jusqu’alors l’idée de « distanciation symbolique » pour générer autant de frustration que de désir auprès de la consommatrice, semble révolu.


Pour preuve, le pionnier du genre Burberry va pousser le vice jusqu’à dire merci à ses « fans » et « followers » par une série de campagnes événementielles rondement menées : #thankamillion
Après avoir remercié massivement ses 10 millions de fans sur Facebook à coup de films YouTube, la marque vient de célébrer son premier million de fans pour son compte Twitter en envoyant des gifs animés « personnalisés » en one-to-one à ses 3000 premiers followers.

Suite de l’enquête sur le populuxe dans le numéro 2 de la revue INfluencia qui sort ce jeudi, « quelle(s) valeur(s) pour le luxe ? » Sur abonnement et dès la semaine prochaine dans toutes les bonnes librairies.

Source : http://www.influencia.net/fr/actualites1/quand-luxe-devient-populuxe,40,2731.html

 

 

    • Mobile

RIM envisagerait de scinder son activité entre services et fabrication de téléphones
La société RIM envisagerait de se scinder en deux entités, l’une regroupant ses activités de messagerie et de services aux entreprises (Blackberry Messenger et Blackberry Internet Service), l’autre son activité de fabrication de téléphones, d’après le Sunday Times. Cette dernière activité serait vendue, Facebook et Amazon figureraient parmi les acheteurs potentiels, selon le journal britannique, qui ne nomme pas ses sources. Les technologies Blackberry Messenger et Blackberry Internet Service seraient commercialisées sous forme de licences à des tiers. RIM a mandaté deux banques d’affaires pour l’aider à trouver des repreneurs ou des partenaires stratégiques.

Source : Stratégies Newsletter – Le 13H de la Com du 26/06/12

 

 

    • Out-door

Un billboard bien attaché
La sécurité routière … Un thème qui sollicite un grand nombre de publicitaires, qui rivalisent d’originalité pour marquer les esprits, et donner à la prévention un véritable impact.
On vous avait déjà parlé de prévention routière, sous différents angles : l’apologie du plaisir de conduire (Enjoy the Ride), la campagne qui visait les jeunes et la « honte » de se déplacer avec ses parents, les SMS au volant, en print ou avec cette fausse épreuve du permis de conduire qui consistant à écrire un SMS en conduisant …
Il ne manquait d’un billboard pour compléter tout ça. C’est désormais chose fait à Mumbai (Bombay), en Inde, où les passants et automobilistes ont pu voir ce panneau géant qui démontre de façon très simple, mais efficace, l’importance du port de la ceinture en voiture.
Plutôt que de parler pour défendre ce point essentiel de la sécurité routière, la Mumbai Traffic Police a choisi de le montrer. Le panneau, dangereusement incliné, n’est retenu que par une ceinture de sécurité géante qui l’empêche de s’écraser au sol.
Une idée simple et limpide : l’idéal pour être facilement et rapidement compris, avec un impact évident !

Source : http://ffd.auditoire.fr/comm-market-pub/un-billboard-bien-attache/

 

 

    • Etudes

La télévision de plus en plus connectée
Selon l’institut CSA et NPA Conseil, 39% des internautes utilisent la télévision connectée, contre 29% six mois auparavant. Un développement qui s’explique par la progression des équipements: le taux d’internautes disposant d’un équipement permettant d’accéder à des services de TV connectée premium (box nouvelle génération, poste de télévision connectable, consoles, etc.) est passé de 49% en octobre 2011 à 64% aujourd’hui. Les box des fournisseurs d’accès sont le premier équipement de connexion. Par ailleurs, 74% des internautes utilisent au moins occasionnellement un deuxième écran en parallèle de la consommation TV, dont 66% au moins une fois par semaine.

Source : Stratégies Newsletter – Le 13H de la Com du 25/06/12

 

7/10 français souhaitent des marques plus transparentes
L’AACC Customer Marketing publie une étude sur la perception des consommateurs quant à la transparence des marques, dans la continuité de la parution de son livre blanc : « Les consommateurs et la société de transparence».
L’enquête* aborde trois aspects essentiels de la relation client à l’heure des réseaux sociaux. Ses résultats illustrent les attentes pressantes des consommateurs vis à vis des marques :
Seulement 27,10% estiment que les marques sont transparentes dans leurs relations avec les consommateurs.  73,20% n’ont pas confiance dans l’exploitation des informations que les marques possèdent sur eux et seulement 28,80% trouvent que les réseaux sociaux ont permis aux marques d’être plus transparentes.
A l’heure de l’hyper-fragmentation des médias, de la démocratisation de l’usage des réseaux sociaux, on assiste à l’émergence d’un « conso-acteur » engagé, voire militant (AMAP, groupement d’achat etc…) mais aussi de plus en plus méfiant. Le sondage de l’AACC Customer démontre que les consommateurs attendent plus et mieux…
Certaines marques, conscientes de cet enjeu, prennent les devants et initient un rapport plus direct et transparent avec leurs clients :
Le libraire américain Barnes & Nobles, après avoir racheté son concurrent Borders, s’est adressé aux clients de Borders par voie de presse, en leur communiquant l’adresse du site où ils pourraient se désinscrire du fichier client s’ils le souhaitaient.
L’assureur ING Direct, au plus fort de la crise financière, a mis en place une plateforme conversationnelle (chats) pour faire le point sur les évolutions des marchés et de répondre aux questions des clients en direct.
La marque de pizza américaine Domino’s Pizza a affiché les avis de ses clients sur un écran géant à Times Square. Elle leur offre aussi la possibilité de suivre en temps réel la préparation de leur pizza préférée sur son site ce qui leur permet de visualiser les ingrédients.

*Menée sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes en avril via Toluna.

Source : http://www.docnews.fr/actualites/7-10-francais-souhaitent-marques-plus-transparentes,13667.html

 

Combien gagnent les publicitaires? Une étude exclusive lève le voile
Combien gagne un directeur artistique, un planneur stratégique ou un directeur de clientèle? Une étude exclusive, réalisée par le cabinet de recrutement Firebrand et publiée cette semaine dans Stratégies, révèle les rémunérations de 40 métiers en agence, en fonction du niveau d’expérience. Au hit parade des fonctions les mieux payées, le directeur de la création arrive largement en tête, avec une rémunération brute annuelle médiane de 110 900 euros. Arrivent ensuite le directeur du planning stratégique (95 000 euros) et le directeur du développement (87 900 euros). A l’autre bout de l’échelle, du côté des fiches de paie ultralégères, on retrouve le graphiste/webdesigner (24 600 euros), le concepteur-rédacteur débutant (25 600 euros) ou le chef de publicité débutant (26 200 euros). Lire les résultats complets dans Stratégies à paraître le 28 juin.

Source : Stratégies Newsletter du 27/06/12

 

Au secours, j’ai raté ma vie !
C’est bien connu, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. Ce syndrome, baptisé FOMO (pour Fear of Missing Out, «l’angoisse de manquer quelque chose») fait des ravages chez les utilisateurs de réseaux sociaux. Mashable, avec une infographie née d’études signées JWT Intelligence, Com Score et The Wall Street Journal, révèle l’impact du syndrome sur les individus. Hommes et femmes, jeunes et vieux, tous sont plus ou moins atteints. Seul remède pour guérir: dé-con-nec-ter.

Lien : http://mashable.com/2012/06/22/fomo-infographic/

Source : Stratégies Newsletter du 26/06/12

 


    • Bonus

Un Français sur cinq a déjà espionné le téléphone ou l’ordinateur de son conjoint
Plus d’un Français sur cinq avoue avoir déjà consulté en cachette le téléphone portable ou l’ordinateur de son conjoint, selon un sondage effectué par le portail Yahoo. Les femmes semblent plus méfiantes: une sur quatre (25%) déclare ainsi avoir «déjà consulté en cachette les mails, les SMS ou le compte Facebook de son compagnon», contre 16% des hommes… d’après leurs dires. Les jeunes sont également davantage adeptes de cette pratique. Près de la moitié des 15-25 ans (49%) n’hésitent pas à rechercher toute trace de liaison ou de mot doux dans les échanges de l’autre. A l’inverse, les plus de 50 ans estiment à 89% qu’il s’agit là de «la pire chose à faire».

Source : Stratégies Newsletter – Le 13H de la Com du 25/06/12

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s