Newsletter S22

    • Secteur Automobile 

Actualité BMW/Audi/Mini :

Infiniti veut défier Mercedes, BMW et Audi sur leur terrain.
La branche luxe de Nissan, partenaire de Renault, parie sur une explosion de ses ventes dans le monde. Malgré un programme fourni, ses ambitions n’en semblent pas moins très optimistes : multiplier par 3,5 sa diffusion annuelle mondiale d’ici à 2016.
Infiniti restyle son gros FX. Oh, pas grand-chose en fait. Juste une dose de cosmétique avec l’adoption d’une calandre inspirée de celle des derniers concept-cars maison et de nouvelles jantes. Bien que discret, le restylage du FX a son importance pour la France où ce SUV, large dehors mais étroit dedans, a assuré 61,5 % des ventes de la marque en 2011 (dont 90 % en V6 diesel). Sur une diffusion au demeurant fort confidentielle : 445 voitures en tout, soit 0,02 % de part de marché et 6,5 fois moins que Lexus. Mais Infiniti ne compte s’en tenir à une telle figuration.
Si Infiniti est née aux États-Unis en 1989 en même temps que Lexus, sa notoriété comme sa diffusion sont restées bien en retrait de celles de sa rivale, émanation de Toyota. Et la marque n’a traversé l’Atlantique qu’en 2008, près de vingt ans après Lexus. Cette dernière, qui vend deux fois plus qu’elle outre-Atlantique, a aussi profité des énormes moyens de Toyota durant les années 1990 pour se concocter une gamme cohérente et bâtir une image de marque à laquelle ne peut prétendre Infiniti dont la maison mère, Nissan, ne disposait pas des mêmes moyens financiers. Lexus a tardivement traversé le Pacifique pour être enfin diffusée au Japon à partir de 2005. Avec un succès mitigé, alors que Infiniti n’y est toujours pas représentée.

Les choses vont changer. C’est en tout cas la volonté d’Infiniti, qui annonce que ses ventes passeront de 145 000 exemplaires dans le monde en 2011 – dont 100 000 aux États-Unis, où la berline G représente 60 % de sa diffusion – à 500 000 en 2016. Soit + 28 % par an pendant cinq ans. Une croissance à laquelle n’osent même plus rêver les constructeurs chinois.Et dans le cas présent, il n’est même pas question de productions en commun d’un haut de gamme pour le compte de son mentor, Renault, qui est pourtant à la recherche d’un modèle de ce type avec…Mercedes.

Infiniti table d’abord sur l’expansion de son réseau. Le nombre de centres de vente en Europe était de 55 en 2011, dont 4 en France. Il passera à 80 cette année et 230 en 2016. Ce réseau plus vaste se justifie par une gamme élargie. Une compacte, annoncée par le concept Etherea dévoilé à Genève l’année dernière, est ainsi attendue pour 2014. Et elle sera produite en Europe. Avec l’extension de son offre, Infiniti estime être capable de couvrir à terme 35 % des segments de chaque marché, contre 9 % actuellement.
En Europe, la gamme comprend pour l’heure des modèles susceptibles de forger les prémices d’une image de marque : les SUV EX et FX et la grande berline M, qui propose une version hybride en plus du V6 diesel. Des motorisations qui ne profiteront à la routière G que lors de son renouvellement fin 2013, laquelle pourrait même disposer d’un « petit » diesel. Infiniti estime que le gros du marché s’effectuant aujourd’hui avec des 4 cylindres, même chez Audi, Mercedes et BMW, il faudra réduire la taille des moteurs pour augmenter le nombre de clients.
Un 4 cylindres diesel sur une grande routière répond bien sûr à une logique commerciale. Mais ne serait-il pas un peu trop tôt pour revoir à la baisse les prestations d’un produit dont la diffusion est encore confidentielle et l’image balbutiante ? Même réflexion à propos de la future compacte dont Infiniti attend énormément. Si l’on considère le succès des Audi A3 et des BMW Série 1, une petite Infiniti semble pertinente. Certes, mais après plus de vingt ans de développement et de tentatives d’élargissement de gamme vers le bas, Lexus, elle, réalise toujours l’essentiel de ses ventes avec son luxueux SUV, RX, et non avec sa berline moyenne IS, même équipée d’un diesel réduit à 4 cylindres.
Rester « premium » tout en élargissant sa diffusion est une opération délicate. Certains constructeurs ont payé cher leur volonté d’expansion à tout-va.
Si Mercedes, BMW et Audi sont descendus en gamme, l’opération s’est effectuée très progressivement. Et pas toujours sans embûches : les Audi A2, BMW Série 3 Compact, Mercedes Classe A de première génération l’attestent et ont eu peu d’influence sur la diffusion de ces marques. Si le potentiel d’Infiniti est réel, son expansion doit s’accompagner de clairvoyance et de prudence, pour ne pas dire plus. Annoncer que la marque va multiplier par trois et demi ses ventes en cinq ans témoigne d’emblée d’une (trop ?) gourmande ambition.

Source : http://www.lepoint.fr/automobile/infiniti-veut-defier-mercedes-bmw-et-audi-sur-leur-terrain-29-05-2012-1466084_214.php


Vers une voiture 2.0 et servicielle
Véritables attractions des salons automobiles, les concept-cars intéractifs et intégralement recouverts d’écrans tactiles permettent de modifier l’aspect intérieur et extérieur, notamment via un smartphone. Symbole de l’automobile du futur.

Source : http://www.influencia.net/larevue/innovation/index.php?page=8

 

 

Actualité Mercedes/smart :

Renault abandonne son projet de « Smart » biplace en Lorraine

La firme au losange renonce à un modèle à deux places de moins de 3 mètres de long, qui aurait dû être assemblé en Lorraine, dans l’usine Smart. En revanche, il fabriquera en Slovénie dès 2014 une Twingo III et, en parallèle, une « grande » Smart.
La firme au losange renonce à un modèle à deux places de moins de 3 mètres de long, qui aurait dû être assemblé en Lorraine, dans l’usine Smart. En revanche, il fabriquera en Slovénie dès 2014 une Twingo III et, en parallèle, une « grande » Smart.

En revanche, la firme au losange fabriquera, à partir de 2014, une Twingo III sur une nouvelle plate-forme révolutionnaire… inspirée de l’actuelle architecture de la fameuse Smart, qui devrait donc être une propulsion (aux roues arrière et non plus une traction avant). C’est le projet « Edison » (nom de code chez Renault). Ce véhicule sera produit à Novo Mesto, en Slovénie, sur le site qui fabrique l’actuelle Twingo. Au terme du rapprochement scellé il y a deux ans entre Renault, son partenaire japonais et le consortium germanique à travers des échanges de participations (3,1 % du capital), Smart lancera, quelques mois après la Twingo III, une soeur jumelle à quatre places sur la même base et assemblée dans la même usine! Renault fournira d’ailleurs en principe les moteurs essence et diesel pours les versions frappées du label du losange comme de l’emblème Smart. Ces véhicules auront  un pendant électrique.
Daimler doit absolument rentabiliser ses Smart,  chroniquement déficitaires, en accroissant coûte que coûte les volumes sur cette plate-forme, dont les divers modules seront utilisés pour les Smart biplaces et les Twingo III-Smart quatre places. Renault, pour sa part, a avoué des pertes l’an dernier  sur ses « petits » modèles. D’où ce rapprochement, a priori paradoxal, entre le français et le célèbre groupe de Stuttgart, dont la marque emblématique est Mercedes.
C’est aussi pour redresser la rentabilité de ses modèles d’entrée de gamme que Mercedes va monter des diesels Renault 1,5  dCi sous le capot de ses prochaines Mercedes Classe A. Une mécanique à gazole de faible cylindrée, qui équipe déjà… les Twingo, Clio, et même les Dacia. Pas très « glamour », mais la firme d’outre-Rhin manque de diesels  sobres et  peu prodigues en émissions de C02. Il lui fallait donc bien s’adresser à l’extérieur. C’est Carlos Ghosn, PDG de la firme au losange, qui l’a confirmé vendredi dernier, lors de l’Assemblée générale des actionnaires du constructeur français.
En échange de l’aide apportée par le français, « des modules Mercedes seront utilisés sur un véhicule de haut de gamme Renault  », a précisé, en outre, Carlos Ghosn, lors de l’assemblée générale. Ce modèle de luxe, produit en Europe, arrivera dans la deuxième partie du plan de Renault, c’est-à-dire entre 2014 et 2016. Carlos Ghosn avait  par ailleurs annoncé, au dernier salon de Francfort à la mi-septembre 2011, que Daimler fournirait des moteurs à quatre et six cylindres essence et diesel… à Infiniti, la marque de luxe de Nissan. Cette dernière utilisera également une plate-forme du constructeur de Stuttgart pour sa prochaine compacte.

Source : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20120502trib000696503/renault-abandonne-son-projet-de-smart-biplace-en-lorraine-.html

 

 

    • Communication

Campagnes de communication BMW/Audi/Mini :

Volkswagen : « La vie des Jouets »

Volkswagen nous faisait découvrir la semaine dernière les teasers qui promouvaient sont Touran. Nous pouvons aujourd’hui voir le spot de 30s.

 

 

    • Digital

Innover différent avec le design thinking

L’innovation ne se trouve pas sous le seul sabot de la technique : apprenons à penser l’expérience consommateur, à la manière d’Apple. Une méthode à découvrir avec Anthony Bleton, PDG de Novius.

Source : http://www.docnews.fr/actualites/innover-different-avec-design-thinking,13299.html


32 innovations qui vont changer votre quotidien!

The New York Times Magazine rendait hommage, dimanche dernier, aux jeunes innovateurs qui œuvrent pour améliorer notre quotidien. Des concepts tout droit sortis de nos scénarios les plus futuristes, et qui sont bel et bien sur le point d’être mis sur le marché!
L’innovation a toujours fait partie de la société. Au cours des siècles, hommes et femmes ont travaillé sans relâche pour l’amélioration de notre quotidien: automobile, train à vapeur, téléphone, ampoule électrique, télévision… Les grandes révolutions sont encore nombreuses, et nous sommes encore loin d’avoir tout inventé.
Pour rendre hommage à ces personnes qui ont changé nos vies, et ceux qui y travaillent aujourd’hui – comme de nombreux  étudiants et chercheurs – le New York Times leur consacre une page spéciale «32 innovations that will change your tomorrow»: 32 nouvelles innovations qui vont bientôt révolutionner notre quotidien. 32 idées à retenir…
Quelques exemples de ces petites merveilles ci-dessous. Pour le reste, c’est à découvrir sur la page dédiée du NYT.


«La maison vivante»

Qui n’a jamais rêvé d’une pièce entièrement conçue comme un écran de contrôle où vous recevriez quand vous voulez, toutes les informations désirées? Une salle 2.0 en somme, où vous pourriez lire les nouvelles du jour directement sur votre  table en buvant votre café du matin, où votre émission TV serait projetée via vos meubles, où la recette de cuisine s’afficherait sur le plan de travail lorsque vous prépareriez le repas… ? C’est sur ce système digne d’un grand film futuriste que travaille l’agence de design Frog.

«La dent intelligente»
Des scientifiques américains travaillent sur un micro capteur (sorte de tatouage temporaire) à incorporer sur la dent. Un appareil voué à détecter les bactéries liées à l’apparition de plaque dentaires, caries ou autres infections et à en alerter l’individu porteur et même son dentiste! Ce capteur pourrait également être utilisé à des fins plus larges, comme par exemple repérer les bactéries présentes dans la salive associées aux ulcères d’estomac ou cancers. Un petit « bijou » à entretenir par un brossage régulier, et qui devrait être très bon marché!

«Le vêtement électrique»
Un physicien américain a développé un textile capable de changer la chaleur du corps en électricité. L’heureux propriétaire du vêtement pourra ainsi recharger ses appareils électroniques (MP3, mobile…) grâce à la chaleur se dégageant des différentes parties de son corps! Une alternative ultra pratique lorsqu’aucune prise de courant n’est disponible ou que l’on a égaré son chargeur!


«Le médecin de bord»

La voiture qui appelle les urgences en cas d’accident, c’est fait. Mais d’ici quelques années, elle sera équipée d’un guide de secours audio! En somme, un médecin de bord capable de mesurer l’impact de l’accident sur les passagers: il connaîtra la probabilité d’une hémorragie interne ou d’un traumatisme crânien et en informera les secours, les aidant également à savoir dans quel type de salle d’urgence il faut transférer la victime pour gagner du temps! Des chercheurs américains ont ainsi imaginé des modèles prédictifs en recoupant les données sur les collisions récoltées via les capteurs automobiles (vitesse, emplacement de l’impact, scan 3D des victimes…).

«Un monde sans gueules de bois»
Des chercheurs anglais auraient découvert une nouvelle forme d’alcool synthétique pour éviter la gueule de bois du lendemain matin: des composantes similaires aux drogues psycho actives qui vous procurent la même euphorie sans les dangers physiques et psychologiques liés à la consommation d’alcool. Sous forme d’additif, cet «alcool» synthétique pourra être versé dans une boisson non alcoolisée. L’ingrédient miracle des fêtards!

Source : http://www.influencia.net/fr/rubrique/check-in/32-innovations-qui-vont-changer-votre-quotidien,41,2672.html

 

 

    • Mobile

Facebook intensifie ses efforts pour sortir un téléphone portable

Facebook, à la recherche de moyens pour augmenter ses recettes dans l’Internet mobile, a intensifié ses efforts pour sortir un téléphone portable dès 2013, selon le New York Times. Le groupe, qui travaille déjà avec le taïwanais HTC à un projet de téléphone sous Android permettant d’intégrer ses services en profondeur, chercherait à recruter des ingénieurs ayant travaillé sur l’Iphone et l’Ipad d’Apple pour un autre projet. En fin de semaine, une rumeur lancée par le site Pocket Lint avait prêté à Facebook l’intention d’acheter le navigateur Internet norvégien Opera pour avoir son propre navigateur pour appareils mobiles.
Source : Le 13h de la Com – Stratégies Newsletter du 31/05/12

 

 

    • Out-door

Clear Channel inaugure un réseau géolocalisé actualisable en temps réel

Clear Channel lance Clear Channel Play, un réseau digital européen placé dans les lieux d’achat et de consommation (pour l’instant dans les 46 plus grands centres commerciaux de l’Hexagone). Il s’appuie sur plus de 700 totems, permettant un médiaplanning géolocalisé et en temps réel, l’immédiateté de la mise en place des campagnes et la mise à jour des messages.Source : Stratégies Newsletter du 30/05/12


Comment mettre le ticket à la bouche des automobilistes

Pour BBDO Allemagne  avec Wrigley en 2011 ou Grupo Four Midia douze mois plus tard, le postulat de départ est le même: la très grande majorité des conducteurs entrant dans un parking mettent le ticket dans leur bouche avant de garer la voiture et de le ranger ensuite dans la poche ou le portefeuille. Sur ce constat, la multinationale américaine a transformé le précieux ticket en échantillon pour Extra, sa marque de chewing gum.


Wrigley avait alors ajouté une bande mentholée à ce support original novateur, permettant aux conducteurs d’en expérimenter sa fraîcheur via un geste instinctif de presque tous les jours
Au Brésil, Grupo Four Midia a poussé le concept encore plus loin. L’agence de Sao Paulo, spécialiste des emballage hors norme, propose à une grande variété d’annonceurs une large palette de goûts et de saveurs à infuser dans le ticket de parking. Après sa boîte en carton sonore pour pizza, GrupoFourMidia a vu dans l’idée de Wrigley un fantastique levier marketing. Ou comment faire connaître son produit sans solliciter l’attention du consommateur, le tout servi sur un plateau inattendu et donc forcément intriguant !
Pour Meyer Sigri, le Directeur Associé de Grupo Four Midia: « Notre mission est de toujours rester en éveil et proposer des situations inhabituelles en créant des opérations attrayantes et intelligentes ». En proposant de libérer le dos du ticket pour en faire un espace pub, l’agence donne au marketing olfactif un complément efficace qui lui donne tous les atouts nécessaires à son entrée en force dans les mœurs publicitaires.
Spécialiste des «nouvelles expériences pour une interaction curieuse entre le consommateur et la marque», GrupoFourMidia attend maintenant de séduire les annonceurs avec son innovation. INfluencia est curieux de connaître la réponse des annonceurs, surtout les marques de boissons, de produits comestibles, de parfums et même les grands noms de la restauration rapide. Mais pour que le marketing olfactif soit vraiment efficace, il doit être intégré dans une stratégie polysensorielle permettant de stimuler et favoriser l’achat mais aussi consolider l’image de marque.
Quel annonceur n’a pas rêvé de mettre dans la bouche du consommateur la saveur de son produit, sans devoir l’alpaguer en amont?

Source : http://www.influencia.net/fr/actualites1/comment-mettre-ticket-bouche-automobilistes,35,2644.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s